La plage

16 février – Je suis réveillé tôt et je vais voir la mer au bout de l’hôtel. Une belle journée s’annonce. Après le petit-déjeuner, je pars sur la plage en direction de cette jetée-restaurant à 45 minutes de marche. C’est marée haute et par endroits on passe tout juste le long des murs d’hôtels.

Au bout de la jetée les pêcheurs sont installés. Il y en a même un qui pêche au filet qu’il jette et remonte inlassablement sans rien prendre du haut de la jetée. En bas un groupe de surfeurs tente mollement d’attraper les vagues qui gonflent sur la plage.

Au retour la marée descend et les gardes cotes s’installent ainsi qu’un loueur de transats. C’est pas Deauville, il en a mis deux ! Mais ici les américains apportent leur propre matériel, qu’ils habitent au-dessus ou qu’ils viennent en voiture sur la plage.

Au retour je fais quelques photos de l’architecture front de mer, très espacée, alternance d’hôtels et de résidences. Il y a même encore une zone de belles maisons. La place ne manque pas, la plage habitée fait bien 20 km. A intervalles réguliers ces grandes poubelles maintiennent la plage propre car ici personne ne jette rien par terre et des gars passent régulièrement à pied ramasser ce que le vent aurait pu apporter. Je ne connais pas de plage atlantique plus propre et pure que Daytona et l’eau y est limpide. Quelques baigneurs, je m’y promène un peu, elle est juste assez fraîche pour compenser le soleil qui commence à taper dur !

L’après-midi la marée est assez basse et ils ouvrent aux voitures. J’y descend avec la Camaro pour faire quelques photos. Je me gare même en contrebas de l’hôtel dont le wifi porte jusque là.

J’y retournerai en fin d’après-midi et je rencontre ce couple en Camaro V8 jaune à jantes chromées.

L’après-midi, je vais à l’outlet Tanger déjà visité l’an dernier. Ce centre commercial en plein air est vraiment très agréable avec tous ces espaces détente un peu partout. J’y retrouve ce fabuleux magasin de bonbons mais je n’y prendrai rien. Je préfère passer du temps chez Hilfiger où ils soldent et chez Lewis où j’emporte 3 501 pour moins de 130 $.

Le soir je vais dîner au fameux North Turn, restaurant musical et musée des premières courses à Daytona sur la plage. Le circuit était situé au virage nord comme son nom l’indique et il y avait donc un virage sud et 2 lignes droites entre. On y courait même à moto, une sorte d’enduro du Touquet en plus rapide car le sable de Daytona est dur et se prête à la vitesse. La plage est tellement rectiligne que dans le temps on y battait des records de vitesse avant que les engins ne deviennent trop rapides et qu’on les emmène plutôt sur le lac salé de Bonneville, en Utah. Dans les virages par contre ça labourait et les nombreuses photos du musée retracent l’ambiance folle de l’époque. Quoique aujourd’hui, rouler à 300 km/h en paquets compacts témoigne aussi d’une certaine folie.

Le restau est plein à craquer à deux jours des 500 miles et tous les écrans de télé partout montrent les courses de la semaine.

La dernière course a eu lieu en 1958 avant la construction de l’anneau actuel et dimanche ce sera justement la 60ème édition.

Publicités

2 réflexions sur “La plage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s