2 mars

Ce matin petit déjeuner à l’hôtel qui se révèle un meilleur choix qu’en ville, de part la variété proposée.

Puis nous nous rendons au Cimetière Bonaventure, très connu ici. Il est immense mais sa partie centrale se parcourt assez facilement à pied jusqu’à la rivière, même s’il est ouvert aux voitures. Il est devenu célèbre par le livre de John Berendt dont on a déjà parlé, puis en 1997 par le film de Clint Eastwood Minuit dans le jardin du bien et du mal. La statue de la jeune fille aux oiseaux (Bird Girl, oeuvre de Sylvia Shaw Judson de 1936) se trouvait ici avant d’être transférée au Telfair Museum vu hier.

On y découvre de nombreuses concessions à perpétuité, très grandes, visiblement taillées pour de grandes familles. Celle de la jeune fille devant l’arc près de la rivière a encore reçu son dernier occupant en 2017. Je crois que c’est la plus belle. Celle de la petite Gracie, juste avant, fille d’un grand hôtelier et mascotte des clients, décédée à 6 ans d’une pneumonie est émouvante aussI.

Il règne une atmosphère très paisible dans ce lieu très fleuri naturellement et à l’abri de ces grands chênes (oaks) typiques de Savannah. Nous y rencontrons un employé sympathique qui compte les arbres abattus par un récent « hurricane » et qui nous dit qu’ici, « si on lit la presse on est désinformé, si on ne la lit pas on n’est pas informé« . Comme chez nous !

L’après-midi nous reprenons nos promenades dans Savannah en s’arrêtant un moment dans les 22 squares pour saisir chaque ambiance et regarder ces maisons extraordinaires. On y discute facilement avec des habitants.

Nous visitons la Harper Fowlkes House, une mansion de style « Greek revival » de 1842 richement meublée et décorée, et en très bon état. Nous avons la guide pour nous seuls et elle s’applique dans son anglais.

On arrive assez facilement à se projeter dans ces maisons luxueuses mais qui gardent des proportions humaines, à la différence d’une Jacquemart-André à Paris par exemple.

Il était interdit de photographier et il est difficile de trouver des photos de l’intérieur de cette maison, souvent louée pour des mariages, avec beaucoup de meubles anglais, de vaisselle et d’accessoires. Quelques unes.

Nous déjeunons ensuite au hasard d’un square au Gallery Espresso, un café d’art, de très bonnes salades et de cakes maison dans une ambiance chaleureuse, profonds canapés et fauteuils de style, et studieuse, une prof corrige ses copies, tandis que le café expose des œuvres à vendre sur les murs ou des objets divers de créateurs.

En sortant, une envie de chocolat nous pousse à visiter le Parker’s Market, épicerie station-essence où les habitants et travailleurs du coin peuvent trouver tout ce qu’il faut pour déjeuner sur place ou à emporter. Les rayons vins, bières, fromages, salades du jour composées, condiments, sont particulièrement attirants :

Nous reprenons nos promenades au hasard des squares. Remarquez ce curieux bar sur roues, dont le serveur conduit pendant que les clients pédalent… Nous nous attachons chaque jour un peu plus à cette ville, au point de renoncer à visiter Charleston, nous laissant gagner par la douceur de vivre ambiante.

Bon d’accord c’est un peu idyllique, car au hasard de nos tours en voiture on est aussi tombés sur des quartiers noirs nonchalants un peu moins sympas.

 

Publicités

Une réflexion sur “2 mars

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s