Day of Thunder

26fev

Encore une belle journée qui s’annonce mais aujourd’hui c’est Jour de Tonnerre (le film de 1990 sur les courses NASCAR avec Tom Cruise) avec les 500 miles de Daytona, une des plus grandes courses du monde.

Je me dirige donc vers le circuit par Speedway International Avenue. Le marché noir semble tourner à plein avec de nombreux vendeurs de tickets. Le prix des parkings grimpe jusqu’à 30 $ aux abords du circuit. Je tourne dans Bill France Avenue, du nom de celui qui a contribué à la renommée du championnat NASCAR, et je me dirige vers le parking gratuit prévu par les organisateurs. Là une flotte de schoolbus emmène les gens au circuit. Le chauffeur se présente, plaisante et entame un parcours de rallycross sur terre battue pour rejoindre le circuit au plus court. Tout est extrêmement organisé avec des groupes électrogènes et des lampadaires tous les 200 mètres pour ce soir et des agents qui accueillent  et placent les bus comme des batmen garent les Boeing à Atlanta.

Au circuit je récupère mon fanvision, un dispositif de télévision portable avec écouteurs pour suivre la course depuis les voitures. Je vais repérer mon siège dans les immenses gradins puis me dirige vers la fan zone. Il faut descendre les tribunes et on débouche directement sur la piste près de la ligne de départ. A cet endroit on est dans le virage central devant les tribunes, déjà bien relevé. Les gens s’amusent à écrire des messages dans les carrés noirs et blancs de la ligne de départ.

On peut se promener sur la grande pelouse colorée et apercevoir les premières voitures prêtes au départ garées en épi avec chacune leur chariot technique. Plus intéressant, on peut regarder de près les stands de ravitaillement aux couleurs de chaque équipe, puis s’enfoncer derrière et visiter les garages où les équipes finissent de préparer les voitures, les trains de pneus et les bonbonnes de ravitaillement par gravité. L’ambiance est bon enfant et on peut approcher les voitures, discuter avec les mécanos. On peut voir aussi les différents postes de contrôle où les voitures passent une par une au contrôle technique et au pesage. Le poste le plus important est le contrôle du profil de la voiture avec un immense gabarit en alu, sorte de cage qui vient coiffer la voiture, avec des cales sur les côtés pour chaque modèle. Le but est de vérifier que le gabarit et le profil de la carrosserie sont bien ceux homologués du véhicule de série et que des petits malins n’ont pas abaissé ou raboté les profils pour gagner des mph…

Mais l’heure tourne et je reviens aux tribunes pour me restaurer, y a tout ce qu’il faut sur place, même du wifi et des bornes de recharge pour tous les modèles de téléphone.

A 13h30 c’est le début des cérémonies d’ouverture avec jets dans le ciel, discours du maire de Daytona, du pésident du Comté de Volusia, la prière du pasteur, tout le monde est prié de se lever et de se découvrir, avant que la personnalité du jour ne lance le traditionnel « Drivers, start your engines! ». Cette année y a une ladie dans le paquet avec Danica Patrick. 3ème un moment, elle finira la voiture passablement froissée dans un crash et devra se retirer.

Le départ lancé, complètement impressionnant avec les 40 voitures qui partent en paquet compact dès que le pace car s’efface. Elles vont rouler comme ça à fond plusieurs tours à quelques centimètres les unes des autres avant que les choses commencent à se décanter.

Tous les crashes du jour sont sur YouTube le jour même, j’étais aux premières loges pour celui devant les tribunes. Il y en a eu une demi-douzaine, qui ont même provoqué un arrêt de la course au drapeau rouge, le temps de tout nettoyer. La plupart du temps, on met les drapeaux jaunes et les voitures se regroupent au ralenti derrière le pace car. Cela donne à chaque fois l’occasion d’un nouveau départ groupé impressionnant « side by side », les voitures se poussant, qui ne tarde pas à se traduire en nouvel accident au fur et à mesure que les tempéraments fatiguent ou s’échauffent. Dans les tribunes aussi des familles s’excitent pour leur pilote favori et brandissent le poing envers les fautifs ! Dans les stands, l’activité principale consiste à rafistoler les voitures avec de grandes bandes adhésives !

Tout ça se passe quand même à plus de 300 km/h et quand il y a « trouble » comme dit le speaker, les voitures glissent dans tous les sens interminablement, tapent les murs, creusent les pelouses…

Les crashes rebattent les cartes car beaucoup en profitent pour ravitailler et changer de pneus s’ils ne l’ont pas déjà fait au mauvais moment, de sorte que certains plongent au classement tandis que d’autres remontent spectaculairement !

Les ravitaillements : je suis juste en face de l’entrée des stands. On n’est pas en F1 ici ! Les mécanos interviennent au cric d’atelier pour lever alternativement chaque côté de la voiture, les pneus volent, le préposé au ravitaillement branche sa bonbonne, les mécanos courent partout dans une joyeuse pagaille !

Les courses de NASCAR sont avant tout un jeu de stratégie orchestré par radio par le manager au stand, visant à amener la voiture aux premières places dans les derniers tours avec les pneus les plus frais possibles et suffisamment d’essence pour tenter de déborder les autres dans le dernier tour…

Voilà, le nom du vainqueur ne vous dira rien, Kurt Busch, et comme très souvent en NASCAR, on ne l’a pas vu de la course et il est sorti du chapeau dans les deux derniers tours où il y avait encore 19 voitures en paquet dans le même tour, quasiment dans la même seconde ! Il s’en va faire ses donuts sur la pelouse avant de rejoindre la Victory Lane pendant que les favoris ruminent leurs crashes ou leurs pannes d’essence…

Le retour est plus difficile car tout le monde sort du circuit en même temps mais on en a plein la tête et plein les oreilles, bien brûlé de partout aussi, j’ai les marques de ma montre, de mon short et de mon T-shirt sur le corps !

Ce soir dernière nuit au Lexington Inn.

26fev01

Publicités

Une réflexion sur “Day of Thunder

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s